Je vous ai récemment parlé de HBO avec ses grandes séries au budget démesuré les fameux « orginal entertainement » et contrairement à ce qu’on pense la France n’est pas un désert et commence à faire des séries, enfin surtout une chaine, notre HBO français, j’ai nommé CANAL +.

Infos de la série

Origine de la série : Française (Canal +)
Épisodes : 28 pour les 3 saisons
Statut : saison 4 en cours de tournage et saison 5 en projet
Créateurs : Alexandra Clert & Guy-Patrick Sainderichin
Acteurs : Caroline Proust (Capitaine Laure Berthaud) ; Grégory Fitoussi (Substitut du Procureur Pierre Clément) ; Philippe Duclos (Juge d’instruction François Roband) ; Fred Bianconi (Lietenant Frederic Fromantin) ; Thierry Godard (Lieutenant Giles Escofier) ; Audrey Fleurot (Joséphine Karlson)
Genre : Policier
Date de diffusion : Première diffusion en France le 13 décembre 2005
Public : Tout public

Synopsis

La première saison a été diffusée sur canal + en 2005, la seconde en 2008, la troisième en 2010. Les saisons comportent 8 ou 12 épisodes. Vous l’aurez compris on est loin des fiction américaines à 24 épisodes par an, mais pour autant faut il tout de suite passer son chemin ? La série suit le quotidien d’une équipe de police menée par la capitaine Laure Berthaud. On suit aussi les affaires dans les coulisses du palais de justice avec le juge d’instruction François Roban, le procureur Pierre Clement, et l’avocate Joséphine Karlson. Contrairement aux séries policières traditionnelles l’enquête n’est pas bouclée à la fin de l’épisode, on suit au contraire tout le processus d’enquête sans raccourci et parfois sans concession. Chaque saison se concentre sur une enquête principale sur laquelle se rajoute d’autres enquêtes secondaires.

Le scénario a été réalisé avec la collaboration de policiers et de fonctionnaires de justice dans un souci de crédibilité, canal + voulant réaliser à la fois une série policière et une série réaliste. Il faut reconnaitre à Canal + le courage d’avoir oser parler de politique dans les enquetes avec un maire ressemblant furieusement à Balkani accusé de financement illégal du part présidentiel ou un ministre aux mœurs un peu déviante. A quand une vielle riche qui distribue les enveloppes ?

Si on compare avec des séries américaines, Canal + n’a pas reproduit totalement leur modèle de production, la série n’a pas une saison par an, même si la chaine a annoncéque ce serait le cas pour les prochaines saisons, et là ou une armée de larbins de scénaristes travaillent à l’écriture du scénario aux USA, Canal + n’en a que 2 ou 3 et ils changent entre chaque saison. Ma foi si le modèle marche pourquoi pas.

La série n’est pas comme les séries traditionnelles mais n’est pas complétement novatrice, il y a notamment une série de HBO (comme par hasard) The Wire (diffusée sur Jimmy sous le nom de Sur écoute) qui dura 5 saisons (60 épisodes) et qui comme Engrenages racontait de façon réaliste le travail des policiers et des fonctionnaires de justice à Baltimore, avec un réalisme saisissant.

Le réalisme d’Engrenages se retrouve surtout dans les personnages. portraits :

e Juge Roband : Juge d’instruction, dévoué corps et âmes à son métier il cherche par tous les moyens parfois les plus limites à aboutir à la vérité malgré les pressions lorsque l’affaire devient trop politique. Il est solitaire, et n’a pour confidente et comme seule épaule sur qui pleurer que sa secrétaire. On le découvre impitoyable même quand il découvre que son frère trempe dans des affaires de pots de vin finançant la campagne d’un président de droite via un maire d’une ville de la grande couronne parisienne. On le découvre dans la saison 3 à la fois haineux et se sentant responsable de sa mère. Il est capable d’une grande froideur devant les malheurs et les souffrances qu’il voit au quotidien dans son travail.

La capitaine Berthaud travaille pour la police Judiciaire de Paris, elle vit solitaire, habituée aux coups d’un soir et aux relations sans lendemain. intègre elle n’hésite pas à franchir la ligne jaune lorsqu’un de ses collègue a besoin d’aide. Parfois assez froide elle sait être impitoyable avec les criminels et a horreur de devoir relâcher un suspect qu’elle pense coupable, même si son obstination l’a parfois conduit dans des impasses. Tout comme le juge Roband avec qui elle a nouée une grande amitiés, elle est dévouée corps et âmes à son travail. Lorsqu’elle sera évincée de l’enquête sur le réseau de drogue dans la saison 2, elle le vivra très mal et nouera une certaine rancœur à l’encontre de l’avocate Joséphine Karlson

Joséphine Karlson est une brillante avocate du barreau de Paris. Alors que le capitaine Berthaud ou le juge Roband se demande comment arréter tel ou tel suspect ou comment mener à bien telle ou telle enquête, elle se demande comment défendre ses clients qu’il soient innocents ou qu’ils soient les pires criminels. Dans la saison 2 elle est recrutée par un cabinet d’avocat dirigé par un avocat peu recommandable mais assez efficace Szabo. elle se met alors à accepter les pots de vins, à fouiller illégalement dans des dossiers ou à délivrer illégalement es portables à des prisonniers le tout par appât du gain et du vice.

Le générique :

une série efficace plaisante qui nous change des séries policières américaines ou allemandes traditionnelles et qui nous rappelle par certains aspects la série de HBO : The wire.

La serie nous rappelle aussi ce que nous avons tendance à oublier les séries françaises sont de qualité

//

Publicités